27 décembre 2009

Il y a 5 ans

 

“Ecuyère en courte tunique blanche dont la corolle de satin s’épanouit en plis, comme un demi-jupon, sous l’épais ceinturon qui rudoie la taille, ange cotté, vigoureux et splendide, au sein fier et au fouet brandi; walkyrie armée de grâce, jeune orgueil déployé, bel et libre.”
 
Henry Raynal, Aux pieds d'Omphale

12:00 Écrit par Paul dans Il y a 5 ans | Commentaires (0) | Tags : tennis, nostalgie

Les commentaires sont fermés.